Truffière sous le gel

Nos truffières en Berry

Nos truffières dans le Cher

Plantation des arbres mycorhizés

Notre plantation :

En 2010 et 2011, après quelques visites de truffières locales, en Touraine, en Périgord et en Charente, des formations, nous nous lançons dans l’aventure.

La plantation s’effectue sur un terrain qui répond aux exigences environnementales en tenant compte de la nature du sol, du climat et du précédent cultural. Après avoir réalisé des études de sol, à partir de  2011 nous avons réparti nos plantations sur 3 années en nous procurant des plants mycorhizés chez 3 pépiniéristes différents spécialisés dont les plants sont contrôlés par l’INRAE ou le CTIFL seuls agréés pour la certification de la mychorization.

Documentation sur la trufficulture.

 

Les essences choisies  :

Il s’agit de 1200 plants mychorisés qui prennent racines : 580 chênes pubescents, 580 chênes verts, complétés de quelques charmes, tilleuls, noisetiers et chênes kermès. Entre février et mars chaque arbre est soigneusement planté et arrosé pour assurer sa bonne reprise, à distance de 6 mètres les uns des autres de façon à ce que le milieu reste ouvert, la truffe noire préférant la lumière et la chaleur.

Entretien des plantations

Entretien du sol

Au cours des 4 premières années nous avons travaillé le sol à l’aide d’un vibroculteur et d’une herse rotative en tous sens et plusieurs fois dans l’année (photo centrale). A partir de la 5ème année, pour ne pas perturber le milieu, ce travail sera réalisé uniquement en avril de part et d’autre des lignes (photo de droite) après la récolte des truffes et avant la naissance des nouvelles générations de truffes. L’objectif est d’aérer et d’ameublir le sol, d’inciter les racines à se développer en profondeur et de provoquer le développement des radicelles au contact desquelles se développeront les truffettes.

Un broyeur de végétaux suffira ensuite pour l’entretien de la truffière en cours d’année (photo de gauche).

L’arrosage

Outre l’arrosage garantissant la reprise de l’arbre à la plantation, celui-ci développera ses racines pour ensuite être autonome. En revanche la truffe “se noie” en cas d’excès d’eau en hiver, printemps et automne mais a besoin de 2 ou 3 orages en été pour se développer.

A défaut, un arrosage sera nécessaire pour assurer une production. En Berry les étés secs de 2018 et 2019 en sont les derniers exemples.

La taille des arbres

La truffe noire aimant lumière et chaleur, nous taillons les arbres pour limiter à un maximum de 2 m et dégageons les troncs de leurs branches basses sur environ 60 cm. Nous privilégions la taille “en vert” au cours de l’été en période de hautes réserves pour l’arbre, période moins perturbante plutôt qu’au printemps période de réserves au plus bas.

Haut
h
h

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptat accusantium doloremque laudantium. Sed ut

Follow Us Now